Sylv’acctes : pour des forêts plus résilientes face au changement climatique

L’Assemblée du Pays Tarentaise Vanoise s’est engagée dans le dispositif « Sylv’acctes » pour les massifs forestiers de Tarentaise. Très concrètement, cette démarche permettra de faire bénéficier aux propriétaires publics et privés d’aides pour certains travaux sylvicoles.

La réflexion a été initiée dans le cadre de la commission « air climat énergie » de l’APTV.
L’idée étant de réfléchir à la manière de rendre le territoire plus résilient face aux effets du changement climatique. La forêt y est particulièrement sensible, et elle représente une superficie non négligeable : environ 40 000 ha, dont plus de la moitié est propriété des communes.

Dans les massifs de Tarentaise, il y a un déséquilibre provoqué par une trop grande place donnée à l’épicéa.
Le sapin pectiné devrait être davantage présent, en mélange avec le hêtre et d’autres feuillus, mais depuis des siècles, la place de ce dernier n’a pas été favorisée car il est moins apprécié par la filière bois construction.

Si à l’avenir le climat fait l’objet d’un dérèglement important (sécheresse, chaleur précoce, gelée tardive, mini tempête), cette situation ne sera pas viable, d’autant plus que l’épicéa fait l’objet d’attaques récurrentes d’un parasite (scolyte).  L’enjeu des années à venir est bien d’accompagner le rééquilibrage naturel et de faire revenir ou venir progressivement le mélange d’essences autochtones ou adaptées à l’avenir.

De manière synthétique, Sylv’acctes permet donc d’anticiper le changement climatique en proposant une gestion forestière axée sur le mélange d’essences, prioritairement locales, en favorisant une sylviculture irrégulière, avec différentes strates (générations) d’arbres, réalisée de manière préventive et non précipitée. Globalement, l’idée est de « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier » et de s’appuyer sur les dynamiques de régénération naturelle des peuplements forestiers en dosant progressivement le mélange d’essence et la structuration verticale de la forêt.

Le sol forestier sera également préservé par des interventions sylvicoles les moins impactantes possibles et une trame d’arbres à enjeux environnementaux sera conservée au sein des arbres d’avenir.

Une première réunion a permis de déterminer les principaux enjeux de la forêt en Tarentaise : protection des biens et des personnes face aux risques naturels, accueil du public, conservation des milieux et des espèces et production de bois.

Puis l’APTV a mandaté les forestiers du territoire (ONF, CNPF, CASMB) pour élaborer un « Plan Sylvicole Territorial » (PST). Finalisé en ce début d’année, celui-ci définit trois « itinéraires sylvicoles », déterminant les travaux pertinents à réaliser en fonction du « profil » des différents secteurs de forêt.

Dans la « futaie résineuse ou mixte, à renouvellement aisé », il s’agira de maintenir ou d’acquérir une structure irrégulière et un mélange d’essences (travaux à vocation de protection, de valorisation paysagère). Les travaux éligibles permettront notamment de favoriser et doser la régénération naturelle, de sélectionner les jeunes tiges d’avenir et de travailler à leur profit. Les gestionnaires viseront à stimuler la fonctionnalité de l’écosystème au travers d’une gestion douce et progressive des peuplements.

Dans la « futaie résineuse ou mixte, de contexte difficile », le renouvellement des peuplements est plus compliqué et des travaux supplémentaires de protection et d’acquisition de la régénération naturelle et d’enrichissement (notamment en sapin pectiné, mélèze, et différents feuillus autochtones) seront à disposition des gestionnaires du massif.

Enfin pour les « futaies feuillues des étages collinéens et montagnard inférieur », seront éligibles des travaux d’amélioration (marquage des plus beaux sujets et travail à leur développement, taille de formation, …) et des travaux de renouvellement (dégagement de régénération naturelle, enrichissements) de ces peuplements de piémont, historiquement marqués par un déficit de gestion (accessibilité, pente, morcellement de la propriété, dégâts de gibier…).

L’APTV va finaliser son adhésion au dispositif ce printemps et il pourra alors être envisagé de solliciter des financements Sylv’acctes dès l’été 2022.

Les bénéficiaires seront les communes et les propriétaires privés (ou leur groupement) qui pourront garantir la gestion durable de leur forêt (plan simple de gestion ou équivalent et certification forestière).

Pour en savoir plus : https://www.sylvacctes.org/